La formation en Exploration théâtrale ouvre différents horizons.

En voici quelques exemples…

David Paquet, auteur dramatique

Le programme d’Exploration théâtrale, de par son approche touche à tout, m’a aidé à consolider mon identité artistique. J’y suis entré afin de devenir comédien, croyant vouloir porter les mots des autres. Je l’ai quitté en désirant être auteur, habité que j’étais par une profonde envie de nommer le monde à l’aide de mes propres mots. En plus d’avoir été un lieu de révélation, mon passage en Explo m’a permis de faire des rencontres qui, au fil des ans, se sont transformées en collaborations déterminantes au sein de ma carrière.

Diplômé du programme d’écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 2006, David Paquet a depuis vu sa pièce Porc-épic, éditée chez Dramaturges Éditeurs, être présentée à Montréal, en Allemagne, au Mexique, en Autriche, en France et en Belgique. Il a participé en juillet 2008 au Séminaire international d’auteurs émergents de la Sala Beckett à Barcelone. L’année suivante, une première monture de son texte Le Brasier était mise en lecture dans le cadre de la huitième édition du festival du Jamais Lu. Gagnant de la sixième édition du concours Le théâtre jeune public et la relève, David Paquet a vu sa pièce pour adolescents 2 h 14 sur les planches de la Maison Théâtre en janvier 2010 dans une mise en scène de Claude Poissant. Parallèlement à sa démarche en écriture dramatique, il a aussi touché au slam, aux contes, à la poésie, à la prose et au spoken word.

Mélanie Raymond , enseignante en art dramatique, comédienne, clown

Le DEC en Exploration théâtrale fut le premier pas significatif vers ma vie d’aujourd’hui. Le jeu a toujours été ma passion. Or, les cours connexes, complémentaires de ce programme vraiment stimulant m’ont fait aimer davantage le théâtre, l’art en général. Il a surtout permis à la potentielle décrocheuse que j’étais de comprendre que la réussite est intimement liée au plaisir. Depuis, je fais mes choix de vie en me basant sur cet apprentissage primordial. En tant qu’enseignante, créatrice, interprète, j’utilise encore à ce jour toutes ces belles connaissances acquises en «explo». Merci… tellement.

Mélanie Raymond est bachelière en enseignement de l’art dramatique de l’UQÀM. Elle découvre le jeu physique chez DynamO Théâtre en 2002 et approfondit l’apprentissage de ces techniques par le biais de plusieurs stages : bouffon, jeu masqué, marionnette et finalement clown, son véritable amour. Depuis 2005, en tant que clown ou artiste de rue, elle se produit essentiellement dans les festivals, les cabarets et les écoles. Chez DynamO Théâtre, elle fait aussi partie de la distribution de Mur-Mur.

Karine Sauvé , marionnettiste, metteure en scène, comédienne et plasticienne

J’ai 35 ans, deux enfants, une vie qui bat au rythme des projets de création. J’explore, encore.
Je suis entrée en explo une peine d’amour au ventre, pleine d’aspirations parce que j’ai toujours cru au pouvoir réparateur de l’art. J’en suis ressortie vivement grandie, un peu moins peureuse, liée d’amitié avec des artistes que je côtoie toujours aujourd’hui. J’ai touché dans ces années-là le coeur de ma pratique, parce qu’on m’a invitée, chaleureusement, à être moi-même…

Karine Sauvé a étudié au DESS en théâtre de marionnettes contemporain de l’UQAM. Elle travaille un théâtre de matières qui se situe au croisement des arts visuels et du théâtre. Directrice de la compagnie Mammifères, elle met en scène présentement Les Grands-Mères Mortes, une fête des morts réinventée qui a été présentée à l’automne 2014.

Mylène Lamontagne, étudiante en enseignement de l’art dramatique à l’UQÀM

Mes deux ans en Exploration théâtrale m’ont permis de découvrir le théâtre autrement. En plus d’en apprendre plus sur le jeu et sur moi-même, j’ai aussi pu découvrir des facettes plus cachées du théâtre, que l’on ne voit pas au secondaire comme la scénographie, la mise en scène et l’écriture. J’ai pu rencontrer des gens qui partageaient la même passion que moi avec lesquels j’ai pu faire toutes sortes de projets. Je vais toujours garder un bon souvenir de mes deux années.

Audrey Thomas, étudiante en droit

« En effet, cette formation préuniversitaire m’a fait évoluer en tant qu’individu en me permettant d’apprendre beaucoup sur moi-même et en me donnant confiance en mes moyens. J’ai pu m’épanouir à travers diverses approches pédagogiques, tant théoriques que pratiques, souligne-t-elle. »